Questions fréquentes

Dois-je obligatoirement consulter mon médecin généraliste pour bénéficier de soins chiropratiques ?

Non. La chiropraxie est une profession dite de première intention, il n’est donc pas obligatoire d’obtenir une prescription pour bénéficier de soins chiropratiques. Cependant, il est conseillé d’en parler à votre médecin généraliste et de garder un suivi régulier avec ce dernier.

La chiropraxie est-elle reconnue ?

Oui.

En 2002 : la chiropraxie est reconnue par le ministère de la santé par la loi du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé, dite loi Kouchner.

En 2011 : la chiropraxie est encadrée par le décret n° 2011-32 du 7 janvier 2011, relatif aux actes et aux conditions d’exercice de la chiropraxie

Les chiropracteurs sont enregistrés auprès de l’Agence Régionale de Santé et possèdent un numéro ADELI

La chiropraxie est-elle remboursée par les mutuelles ?

Oui. Près de 500 mutuelles en France remboursent les soins chiropratiques après l’envoi de votre facture. Certaines proposent un nombre de consultation remboursé par an (entre 3 et 5), d’autre propose un forfait annuel (environs 200€). Si votre mutuelle ne rembourse pas encore la chiropraxie, n’hésitez pas à me demander un courrier à leur adresser afin de la sensibiliser sur une éventuelle prise en charge.

L’AFC propose une  liste non exhaustive des mutuelles remboursant les soins chiropratiques.

Liste des mutuelles remboursant les chiropracteurs

Combien de fois dois-je consulter le chiropracteur ?

Le nombre de visite est relatif à la sévérité de votre condition de santé et à vos buts en matière de santé. La fréquence des soins chiropratiques varie donc d’une personne à l’autre. Elle peut être de quelques jours, quelques mois, quelques années ou toute une vie. La restauration et le maintient de la santé se font en une progression linéaire et passent par plusieurs phases. C’est pourquoi la chiropraxie dont le but est la prévention propose trois types de soins :

  • LES SOINS DE CRISE : C’est à cette étape que la plupart des patients commencent leurs soins chiropratiques. Les visites peuvent être fréquentes, et rapprochées sur une courte période, selon l’importance de la plainte. L’objectif principal des soins de crise est de réduire et si possible d’éliminer les symptômes les plus manifestes pour lesquels vous avez consultés.
  • LES SOINS DE RÉADAPTATION/CONSOLIDATION : L’inconfort et la douleur ayant diminué, l’objectif principal des soins de consolidation est de consolider la stabilisation acquise pendant les soins de crise et de ce fait éviter au maximum un retour de votre problème initial. Les visites deviennent de plus en plus espacées. A ce stade votre participation active est importante, les muscles de la colonne sont renforcés, prévenant les rechutes.
  • LES SOINS DE MAINTIEN ET DE PRÉVENTION : L’objectif des soins de maintien et prévention est de permettre à votre corps, système nerveux et colonne vertébrale de fonctionner à leur potentiel maximum pour faire face le mieux possible au stress quotidien, qu’il soit physique, chimique ou émotionnel. La fréquence des visites sera déterminée  suivant votre état de santé et niveau de stress. Cependant vous restez maitre dans la décision, et vous pouvez à tout moment décider d’arrêter le traitement, votre participation aux soins chiropratiques restera toujours votre choix.
Est ce que l’ajustement chiropratique est douloureux ?

Non. L’ajustement chiropratique peut engendrer une cavitation qui provoque un bruit articulaire particulier (le fameux « crac »), qui s’explique simplement par la libération d’un gaz présent à l’intérieur des articulations.  La présence et l’intensité du bruit sont peu significatives et varient d’un patient à l’autre. Il s’agit d’une pratique sécuritaire et non douloureuse

Je ne souhaite pas entendre mes articulations « craquer » , il y a-t-il d’autres solutions ?

Oui. La prise en charge est adaptée à chaque patient en fonction de son âge, de son poids,de sa taille, de son historique médical et même de ses appréhensions.

Le chiropracteur détient un éventail thérapeutique varié : mobilisation lente des articulations, décoaptation, détente et étirements des muscles, application de chaud/froid, table chiropratique adaptée, blocs chiropratiques, KinesioTaping® (nouvelle génération de contention élastique).

Ressent-on des effets secondaires après une consultation de chiropraxie ?

La majorité des patients ressent un soulagement immédiat à l’issue du traitement. Toutefois, il peut arriver que certains ressentent des courbatures ou une douleur légère, semblables à celles ressenties après un entraînement sportif. 10 % des patients témoignent de maux de tête post-manipulation. Ces réactions bénignes disparaissent spontanément en 24 à 48 heures.

Est-ce que la chiropraxie est adaptée pour mon enfant ?

Oui. Les  techniques d’ajustement sont adaptées à l’âge, la taille, au poids et à l’état du patient. L’approche non médicamenteuse, conservatrice et préventive de la chiropraxie pour être en bonne santé, fait d’elle une technique parfaitement appropriée pour les nourrissons et les enfants.

Comment mon chiropracteur ajuste-t-il mon enfant ?

Un chiropracteur ne va pas ajuster un bébé ou un enfant de la même manière qu’un adulte. Les techniques utilisées chez l’enfant sont douces, non douloureuse et non traumatique.La colonne vertébrale d’un bébé est très souple pendant les premiers mois de sa vie, le chiropracteur va appliquer une simple pression légère pour faire un ajustement. Pour les enfants plus âgés, une légère pression suivie d’une légère poussée est tout ce qui est nécessaire pour un ajustement. Les ajustements sont accompagnés d’une détente musculaire active douce supportable par les bébés et les enfants.

Quand dois-je amener mon enfant consulter mon chiropracteur ?

0-2 ans : Il est judicieux de faire un bilan chiropratique dès le premier mois de vie de l’enfant. L’accouchement exerce bien sur des pressions sur le nourrisson qui lui sont nécessaires, pouvant engendrer parfois des dysfonctionnements aux conséquences diverses. Le but d’une consultation chez le chiropracteur est de lever les tensions musculaires et d’apporter un bien-être et une sérénité au bébé, ce qui lui permet de s’adapter à son nouvel environnement.  

Pendant ses deux premières années l’enfant apprend à tenir sa tête, s’assoir, ramper, se mettre à quatre pattes, puis debout, marcher, courir ! Cet apprentissage s’accompagne de chutes et de traumatismes à l’origine de  lésions biomécaniques. Les mauvaises positions de portage et de transport peuvent également contribuer à un stress de la colonne et des articulations de bébé (et des parents !). La fréquence des visites reste le choix des parents en fonction des étapes de la vie de l’enfant.

Pour les grands enfants : Un suivi chiropratique régulier permet de soulager les douleurs liées à la pratique d’un sport, au port d’un cartable trop lourd ou inadapté, aux mauvaises positions adoptées en classe ou à la maison. Le grand enfant peut venir consulter par exemple après une chute de vélo, avant la découverte d’un nouveau sport, après une période stressante. Les enfants savent quand ils ont besoin de consulter, il suffit de les écouter et de les observer.

Un suivi régulier permet également la détection précoce des scolioses. Souvent asymptomatique, la scoliose doit faire l’objet d’un dépistage systématique chez les enfants. Si elle est détectée, des radio permettent de préciser le diagnostic, puis de suivre l’évolution des courbures de la colonne vertébrale.

Pour les adolescents : Un suivi chiropratique régulier de l’adolescent permet de soulager les douleurs liées à une croissance rapide, à de mauvaises positions de la vie moderne, aux positions voutée causée par des complexes, à la sédentarisation. L’adolescent aura tendance à consulter avant ou après une compétition de sport ou en période d’examens par exemple.

Est-ce que tous les chiropracteurs savent prendre en charge les enfants ?

Tous les chiropracteurs ont suivi des cours de chiropraxie pédiatrique. Mais certains ont fait le choix de se perfectionner dans ce domaine. J’ai personnellement suivi une formation supplémentaire après l’obtention de mon diplôme pour me perfectionner dans la prise en charge des enfants. Je continue chaque année à me former afin de toujours améliorer mes connaissances.

Je suis enceinte, puis-je consulter et à quelle fréquence ?

Il n’y a pas de contre-indication aux soins chiropratiques pendant la grossesse : la table articulée du chiropracteur s’adapte à votre corps et les techniques évitent la pression inutile sur l’abdomen.

Le rôle du chiropracteur pendant la grossesse est :

  • de prévenir ou de soulager les douleurs.
  • d’optimiser l’environnement de bébé pour son développement tout au long de la grossesse, ce qui laisse toute les chances pour un positionnement optimal de bébé au moment de la naissance. Les études montrent des accouchements plus faciles et plus sûrs pour la mère et le bébé.
  • de proposer des exercices et des étirements adaptés pendant la grossesse ainsi que des stratégies à adopter pendant le travail. Si la futur papa le désire je vous montrerez des exercices à faire à deux.
  • d’indiquer les bonnes positions à adopter pendant les dernières semaines de grossesse pour encourager le fœtus à prendre la meilleure position.

Fréquence : Une consultation par trimestre est suffisante lors d’une grossesse normal ne s’accompagnant d’aucune douleur.

Une consultation par mois est l’idéal pour un suivi optimal mais chaque grossesse est différente, la fréquence peut varier d’une patiente à l’autre en fonction de vos douleurs, vos envies et besoins.

« Ce que j’apprécie, c’est travailler en duo, afin de bâtir avec vous, un programme de soins qui vous convient, en lien avec vos objectifs de santé et votre mode de vie. »